Vous avez dit : "Le chemin de la machine est rouvert ?" | Les Amis du Musee Promenade | Marly le Roi - Louveciennes

Vous avez dit : "Le chemin de la machine est rouvert ?"


Sentier de la Mi-côte | Alfred Sysley | 1873

Patrick Ozanne vous invite à la promenade...

...grâce à des questions – réponses pour tous.

 

La machine de Marly est un thème de référence de notre nouveau musée.

Mais de quoi parle-t-on ?

Bien sûr la machine elle-même, dans le flot de la Seine, est le point d’orgue et mérite largement une maquette et des illustrations au musée. Cependant, il s’agit de tout un ensemble de réalisations, uniques à l’époque.

Les jets d’eau ?

Une prouesse presque inconnue au XVIII° siècle, mise en vedette à Versailles ou à Marly et copiée de nombreuses fois, notamment à Peterhof près de Saint-Pétersbourg.  

Mais depuis la machine jusqu’aux jets d’eau, que d’aventures certes plus modestes mais bien réelles !

Et aujourd’hui ?

Il reste le site de la machine sur la commune de Bougival, toute la colline avec ses canalisations mystérieuses, l’aqueduc de Louveciennes, unique vestige resté en l’état, les réservoirs dans le haut du parc de Marly, les jets d’eau restaurés dans le parc de Marly.

Sans parler de toutes les autres réalisations qui nous mènent jusqu’à Versailles et plus loin encore.

Mais d’où vient l’eau ?

Elle est aujourd’hui puisée dans toute la boucle de Seine, par de nombreux forages de la nappe phréatique dans la « coulée verte », ouverte aux visiteurs 3 ou 4 fois par an (Communes du Pecq et de Croissy). L’eau collectée ainsi, passe sous les deux bras du fleuve jusqu’au pavillon Charles X où une pompe la propulse sur le « plateau ».

On a arrêté de puiser l’eau de la Seine dans les années 1850 pour les raisons que l’on peut facilement imaginer.

Où va cette eau ?

A l’usine de retraitement de Louveciennes (celle qu’on voit au bord de la route de Versailles) avant d’être redistribuée dans toute l’agglomération de Versailles et environs jusqu’à Saint Cloud.

Vous avez dit Versailles ?

Oui, fondamental, car le manque d’eau potable à Versailles, sous Louis XV, a fait installer les premières fontaines publiques alimentées en eau depuis la Seine. A la Révolution les tentations de détruire la machine, réussite de la Monarchie ont été freinées par les besoins en eau potable de la population. Quelle revanche !

Et pourquoi ne pas s’y promener ?

Pour (re)découvrir ces lieux si particuliers.

Au bord de la Seine, le site de la machine avec aujourd’hui, le pavillon Charles X qui abrite les pompes à eau. Le pavillon du contrôleur et le pavillon de l’inspecteur qui viennent d’être magnifiquement restaurés.

Le chemin qui monte vers le pavillon de musique.

Le pavillon du gouverneur construit pour Arnold de Ville, aujourd’hui, château de Madame du Barry, propriété privée.

Le château de Voisin, aujourd’hui centre international de formation de la B.N.P.

L’aqueduc de Louveciennes que l’on devine d’en bas et que l’on peut suivre jusqu’au musée qui marque aujourd’hui l’entrée du parc.

L’évocation des peintres impressionnistes. Sisley, Monet, Pissarro et Renoir.

Assurément une promenade unique, accessible aux visiteurs après pratiquement 5 ans de fermeture. Une évocation à ne pas manquer, en attendant la réouverture du musée pour savourer à nouveau les maquettes, les gravures, peintures et objets divers.

Et comment se renseigner ?
En relisant les numéros de Marly Art et Patrimoine. Une nouvelle fois, merci Bruno Bentz.

  • L’aqueduc de la machine | Bruno Bentz. N° 2, 2008 p47.
  • Le pavillon de la machine de Marly d’Arnold de Ville à Mme du Barry | Éric Soullard 1ère partie. N° 6, 2012 p 25 | 2ème partie. N° 11, 2017 p 33.
  • Le département de la machine de Marly. (1683 – 1792) | Benjamin Ringot. N° 11, 2017 p 5.
  • La destruction de la machine de Louis XIV de 1770 à 1818 | Wilfrid Eon. N° 11, 2017 p 43.

En pratique ?

  • Accès par la N 13, en bordure de Seine, depuis les centres-villes de Bougival ou du Port Marly. Parking du restaurant « Le coq de Bougival » à côté du Pont « Abbé Pierre », point de vue à ne pas manquer.
  • Depuis Louveciennes, se garer rue de la machine ou avenue Saint Martin, en face de l’entrée du château de Voisins.
  • Se munir de chaussures de marche et être prudent quand il pleut.